Les 8 erreurs à ne pas faire quand on achète un bien immobilier !

28 11 2020

Vous en êtes à votre 32e visite, et vous trouvez enfin la pépite ! Un détail a déclenché un véritable coup de cœur. Devant vous se dresse LA maison de vos rêves et le projet prend finalement tout son sens.

Vous vous y voyez déjà, vous aimeriez ne pas avoir à la quitter tout de suite. Vous essayez de garder en mémoire, ses moindres détails, votre partenaire la matraque tel un paparazzi. Décidément, un seul regard entre vous suffit pour comprendre que vous vous retrouvez tous les 2 sous le charme.

Pour ne pas commettre les mêmes erreurs que nous

Avant de faire une offre sur le capot de la voiture, prenez le temps nécessaire. Vous ne voudriez pas commettre les mêmes erreurs que nous.

Ne pas réaliser plusieurs visites à des heures différentes

Une maison dévoile son vrai visage uniquement si on l’étudie sous ses moindres détails à différentes heures du jour. Une route calme à 10 h du matin ne l’est pas forcément à 17 h au moment de la sortie des écoles et du bureau. Ne vous fiez pas à la tranquillité environnante avant de venir plusieurs fois. De la même manière, si votre 1re visite s’organise un soir avec seulement de la lumière artificielle, prévoyez une contre-visite. Choisissez des horaires en journée pour observer la luminosité des pièces et l’exposition de la maison.

Ne pas venir avec ses propres artisans

Si vous le pouvez, faites venir vos artisans préférés pour réaliser le tour de la maison : électricien, chauffagiste, maçon, pisciniste. Vous anticipez ainsi d’éventuels travaux non visibles par un œil amateur. C’est aussi la garantit d’éviter les mauvaises surprises dès votre installation. Même si les propriétaires se montrent peu coopératifs, insistez auprès d’eux. Vous pourrez alors soit négocier le prix de vente soit modifier votre planning pour intervenir avant votre emménagement. Soyez vigilants sur l’état de l’installation électrique, l’isolation et l’étanchéité du toit. Avec l’avis de vos artisans, vous vous appuyez sur de réelles expertises pour évaluer la faisabilité de votre projet.

Ne pas rencontrer le voisinage

Être bien chez soi c’est essentiel, mais cela ne se résume pas uniquement à son intérieur. Encore une fois, je vous conseille d’aller à la rencontre de vos futurs voisins. Présentez-leur votre projet de gîte ou de maison d’hôtes, restez à leur écoute et jouez franc-jeu. Mieux vaut ne pas les mettre sur le fait accompli et subir des déconvenues. Vous avez tout intérêt à être en très bon terme avec eux pour la suite. En effet, ce sont vos voisins qui vous rendent volontiers service lorsque vous vous absentez ou faites face à une difficulté. Si vous adorez le calme des lieux, c’est sûrement ce qu’ils recherchent aussi. C’est pourquoi construisez des bases solides avec eux dès le départ. Si votre emménagement nécessite quelques travaux, prévenez-les des possibles nuisances. Nous sommes tous beaucoup plus compréhensifs quand nous sommes informés à l’avance.

 

Ne pas faire appel à un expert-comptable

Vous le vivez déjà au quotidien, gérer une famille, son travail, la maison et ses activités requiert beaucoup d’organisation. Si vous ajoutez un projet de création de gîtes ou de maisons d’hôtes, vos journées deviennent de véritable mission. L’aspect financier reste le cœur de tout projet et d’une bonne gestion comptable, il en découle sa réussite. Ne craignez donc pas d’accorder une partie du budget à l’accompagnement d’un expert-comptable. En effet, avec lui vous construirez plus facilement votre prévisionnel financier. De plus, son expertise vous apporte un regard extérieur indispensable pour vous appuyer sur ses conseils et ses recommandations. Avec lui, vous vérifiez également que le prix d’achat correspond à votre budget. Ainsi cela ne remet pas en question tout le projet. De la même manière, vous pourrez adapter le bilan prévisionnel selon les travaux à envisager.

Ne pas se renseigner sur les subventions disponibles

Les institutions publiques ou privées soutiennent de nombreux projets d’installations chaque année. Prenez donc le temps d’éplucher toutes les subventions auxquelles vous êtes éligible. Elle concerne bien souvent l’installation d’un mode de chauffage à énergie renouvelable, l’isolation du bien ou la création d’une activité touristique. Votre expert-comptable peut également vous aider à rédiger les dossiers de demande et en faire le suivi. Ne laissez pas le manque de temps vous faire passer à côté d’aides disponibles et nécessaires pour votre projet.

Ne pas être aligné avec le maître d’œuvre ou l’architecte

On me relate souvent des histoires de mauvaise entente entre porteur de projet et architecte ou maître d’œuvre. Une collaboration difficile met bien souvent en danger votre projet. C’est pourquoi faites-vous accompagner impérativement par un professionnel de confiance. Assurez-vous qu’il comprenne bien votre vision et que vous partagez les mêmes valeurs. Prenez bien le temps de trouver la perle rare plutôt que de tout reprendre en cours de route avec un nouveau professionnel.

Ne pas vérifier le potentiel touristique

Ne brûlez pas les étapes et effectuez quelques recherches pour vérifier la pertinence de votre projet à cet emplacement précis. Est-ce suffisamment facile d’accès ? Peut-on faire beaucoup d’activités aux alentours ? Gardez en tête que la maison, son agencement et son environnement doivent rester en accord avec votre projet touristique. N’accueillez pas des mariages si votre hébergement ne loge que 6 personnes avec du voisinage aux alentours. De la même manière, imaginez si la maison est très isolée, difficile d’accès, sans aucun commerce à proximité, ni activité de loisirs. Les familles seront sûrement moins sensibles à votre offre par rapport à des locataires en recherche de calme. L’organisation de séminaires n’est pas non plus idéale à côté d’une école. Veillez à bien étudier la cohérence entre la clientèle visée et les caractéristiques du bien.

Ne pas se renseigner sur des projets d’envergure ou de construction alentour

Attention aux prix de vente attractifs ! Bien souvent, la maison nécessite de gros travaux ou alors elle perd de sa valeur en raison de son environnement. Si vous êtes en pleine campagne, posez des questions auprès des exploitants voisins. Est-ce qu’ils ont pour habitude de faire de l’épandage ? Des traitements chimiques sur leurs cultures ? Il y a-t-il un élevage à proximité ? Renseignez-vous également à la mairie sur votre projet de construction, qu’il soit à titre privé ou public. De plus, l’édification d’un immeuble ou d’un lotissement gâcherait immédiatement cette jolie vue sur la nature que vous appréciez tant.

Mieux vaut prendre son temps quand on achète

Vous le comprenez bien maintenant, mieux vaut prendre son temps plutôt que de se précipiter. Ainsi, vous ne manquez pas une fausse bonne affaire et vous évitez de regretter votre investissement pendant les années à venir. C’est un projet de vie qui se construit sur plusieurs années et pour lequel vous êtes prêts à tout plaquer. Alors avant de signer pour 20 ans, repassez ces quelques points en revue pour vous rassurer et vous conforter dans votre choix ! Et si après ça, vous avez quand même une mauvaise surprise, dans ce cas dites-le-moi vite. Je rajouterais une 9e erreur à ne pas faire. 😄